Durfort

Durfort, circulade médiévale

St-Hippolyte-du-Fort

St-Hippolyte-du-Fort au pied de la Marianne

Monoblet

Monoblet,
sur la route vers les Cévennes

Cros

Cros blotti au creux de son vallon

Col de Fosses à Colognac

Le Col des Fosses au-dessus de Colognac

Durfort, St Thomas

Ruine de St Thomas de la Souche, ancienne église paroissiale de Durfort

St-Hippolyte-du-Fort

St-Hippolyte-du-Fort,
porte des Cévennes

St-André de Conqueyrac

La chapelle romane St-André à Conqueyrac

La plaine de Pompignan

Les premiers contreforts des Cévennes depuis la plaine de Pompignan

Accueil > Territoire > Gailhan

GAILHAN

Gailhan

Gailhan se trouve en bordure de la moyenne vallée du Vidourle, axe naturel de circulation entre la région littorale et le piémont cévenol.
Au nord de la route principale qui va à Sommières, le village est installée à flanc de colline, au pied d'un massif boisé, le massif de Coutach.

Les premiers occupants s'étaient établis sur une hauteur qui domine le village : l'oppidum du « Plan de la Tour » dont les premières traces remontent à 2600 ans.
Les vestiges archéologiques découverts sur l'oppidum ont montré que l'on cultivait la vigne à Gailhan depuis la nuit des temps. Cependant, la plus ancienne mention du village se trouve dans le Cartulaire de Notre-Dame de Nîmes en 1157 - Terminium est un vocable occitan désignant la circonscription relevant d'un seigneur, ici Galien.

Vue depuis les hauteurs de Gailhan

L'oppidum de Gailhan

Le site du « Plan de la Tour » a été occupé pendant les Ve et IVe siècles av. J.-C. Ce premier établissement comprenait des maisons d'habitation, des locaux annexes, des cours et des enclos...

Rare en cette région où les habitats sont construit sur un plan quadrangulaire, une maison à absides du milieu du Ve s. avant J.-C. a été fouillée. L'espace intérieur est divisé en deux salles par une cloison et l'abside servait de resserre à provisions.

Les lieux ont par ailleurs été réaménagés, sans doute à des fins agricoles, à la fin du Ier siècle avant J.-C. et fréquentés durant le siècle suivant.

L'église Saint-Privat

L'église Saint-Privat

L'église Saint Privat, en lisière du village, a des origines très anciennes. Des fouilles archéologiques ont permis une datation depuis l’antiquité tardive jusqu'au haut moyen âge. Construite du IXe au XIe siècle sur des bases remontant au Ve siècle, cette petite église est un bel exemple d’architecture préromane. On peut y admirer un clocher-mur, un pignon à arcade et des voûtes du XVe siècle. Le chevet et le portail ouest sont des XVIIIe et XIXe siècles. La totalité de son abside a disparu au XIXe mais elle a conservé sa nef d'origine à trois travées.
L'église est dédiée à Saint-Privat qui était évêque de Mende et fut martyrisé vers 256.

La croix de mission

La croix de mission


Après la Révolution Française, l’Église veut restaurer son autorité, en particulier sur ces terres du Piémont Cévenol acquises à la Réforme dès la fin du XVIe siècle. L’Église envoie des missionnaires pour convertir les hérétiques et exhorter les paroissiens à une plus grande foi. La mission se termine par l’édification d’une croix, dite « croix de mission ».

Cette croix, comme l’église de Gailhan, est dédiée à Saint-Privat. Les habitants de Gailhan et des villages voisins y venaient en procession chaque année le 26 août. Une messe était célébrée sur place pour implorer le saint d’envoyer la pluie pour avoir de belles récoltes. De nos jours, le pèlerinage n’a plus cours, mais les habitants de Gailhan sont toujours attachés à Saint-Privat.

Le patrimoine en Piémont Cévenol :
 La croix de mission de Gailhan

  Accueil    Plan du site    Contact    FAQ    Nos brochures    Galeries photos    Liens    Mentions légales    Espace Pros    Nos engagements   Haut de page